Finir sur les chapeaux de roue

Dernier week-end en Chine avant notre retour en Suisse. Nous décidons d’aller explorer la vieille ville, nous nous baladons dans les petites ruelles restées typiques. Nous tombons, un peu par hasard, sur un marché où se trouvent des animaux et des portes bonheur en tout genre. Nous remarquons très vite que la loi sur la protection des animaux est bien différente de celle que nous connaissons en Suisse. Nous sommes surpris et curieux par certaines espèces qui y sont en vente comme par exemple les criquets qui sont présents à chaque stand ou encore des tortues, écureuils, chats et des oiseaux. Nous comprendrons plus tard l’importante signification de ces animaux pour les chinois, notamment les criquets. En effet, ils représentent un porte bonheur important à avoir chez soi ou le garder sur soi. Après cette petite virée, nous profitons encore de faire quelques derniers achats. La soirée se passe en toute tranquillité.
Réveil matinal en ce samedi matin, pour tenter d’échapper aux touristes. L’objectif est de nous rendre de l’autre côté du canal, à Pudong. Nous allons à pied jusqu’au Bund, et nous prenons les fameuses « capsules » pour traverser le canal sous l’eau. Un petit wagon qui passe dans un tunnel illuminé. Rien d’incroyable, mais en arrivant de l’autre côté de la rive, stupéfaction. Nous ne savons pas ou donner de la tête, qui nous tourne en levant la tête face aux énormes buildings qui se dressent face à nous. Shanghai dans toute sa splendeur ! Nous mettons un petit moment avant d’atteindre le 89eme étage du Hyatt, tant le building est grand. Mais le cappuccino (pour certains le cocktail) et la vue en haut en vaut la peine (et le prix) !
Après un petit arrêt au streetfood, nous nous devions de connaître les fameux « fake market ». Des dédales de stands où tout les articles se ressemblent, sauf le prix, qui dépend de notre pouvoir de marchandage. Amusant mais épuisant ! Certains d’entre nous continuent avec le shopping au People square, d’autres flânent à travers la ville, et nous nous retrouvons tous sur le rooftop de notre auper auberge pour un dernier apéro, avec un goût de nostalgie, car nous sommes au même endroit où tout a commencé 3 semaines avant. Souvenirs, rires, discours, tout y passe. Certains décident sagement de rester à l’auberge, et d’autre se lancent à nouveau dans la folie des boites de nuits de Shanghai.
Le lendemain matin, réveil difficile pour ces mêmes personnes, mais direction l’aéroport pour le retour en Suisse.
Pour la dernière fois, place au bilan. À toutes ces personnes qui ont fait que ce voyage était possible, un enorme MERCI ! Pour cette expérience incroyable, enrichissante tant sur le plan professionnel que personnel, qui restera un magnifique souvenir.

 

Publicités

Transition

Jeudi matin, il est temps pour nous d’arpenter pour la dernière fois le campus. Après avoir bouclé nos valises, non sans peine pour certaine d’entre nous, nous retrouvons notre chauffeur pour l’ultime trajet vers la gare centrale de Wuxi. Au travers de l’université nous avons tous un petit pincement au cœur en repensant aux semaines passées.
 
 Pour occuper la demi-heure d’attente à la gare, un salon de coiffure s’improvise dans le hall. L’une d’entre nous met à profit ses talents sous l’œil amusé des locaux. Tous sur notre 31, nous grimpons dans le train et rejoignons Shanghai en une petite heure. 
 
Dès la sortie de la gare, nous retrouvons l’immensité de cette mégapole tout juste distinguable au travers du smog. On ressent dans le car qui nous mène au Swissnex, l’effervescence et l’impatience de tous d’arpenter cette ville à nouveau.
 
Arrivés au Swissnex, l’accueil chaleureux d’une stagiaire neuchâteloise nous rapproche encore un peu de notre pays natal. Un repas au goût de chez nous nous est offert avant de découvrir le travail de cette institution. Education, Recherche et Innovation, des missions variées et particulièrement intéressantes nous sont exposées. On remarque que les stagiaires sont arrivés ici avec leurs propres projets de relation entre la Suisse et la Chine mais aussi que le Swissnex lui-même travaille sur de multiple terrains tous autant pertinents les uns des autres. Mr. Gueniat propose ensuite de présenter les raisons de notre présence en Chine et le programme que nous avons suivi. Il utilise notre blog comme support et les expériences vécues ouvrent la discussion. Tous les étudiants partagent les acquis et les plus-values d’un tel échange de savoir et de culture.
Nous terminons cette rencontre en partageants quelques « bons plans » avec les stagiaires pour découvrir cette ville cosmopolite qu’est Shanghai. 
 
Et le retour dans cette ville n’est pas de tout repos puisqu’en cette journée, l’une d’entre nous fête ses 21 ans ! La soirée débute tranquillement autour d’un souper durant lequel nous partageons de délicieuses spécialités chinoises (pour changer) dans un restaurant local. Vient ensuite l’heure de trinquer et c’est un rooftop le long du bund qui sera témoin de cet évènement. Cadre très huppé, vue sur les buildings illuminés et cocktail exotique, tout est réuni pour passer un moment inoubliable. Mais pour vraiment marquer le coup, nous la surprenons avec un gateau transporté jusqu’au bord du fleuve ! Après avoir soufflé ses bougies, la fête se poursuit par quelques pas de danses.

.

Derniers instants à Wuxi

La dernière semaine, de trois jours seulement à Wuxi, commence. Nous entendons avec désespoir le compte à rebours qui tourne!

Le lundi matin, nous assistons à une présentation de nos enseignants suisses sur notre vision occidentale de l’alimentation et sur la réduction des risques dans les locaux d’injection. Nos collègues chinoises qui y assistent se montrent curieuses et un débat commence.

L’après midi est libre : nous commençons à nous préparer pour l’épreuve finale de mercredi : une présentation de ce que nous avons appris en collaboration avec nos camarades chinoises !

Malgré l’anglais que nous avons en commun, la communication et la circulation de l’information est laborieuse. Mais nous sommes tous persévérants et parvenons à construire quelque chose dont nous sommes satisfaits.

Le jour J arrive.

Nous attendons chacun notre tour avec une touche d’anxiété : nos amies chinoises n’ont jamais fait de vraies présentations en public. Mais tout se passe bien. Nous nous amusons de la différence entre nos deux manières de parler en public : nous parlons d’une manière moins formelle et moins « parfaite », mais d’une manière plus personnelle et sans lire. Nos amies chinoises, quant à elles, lisent leur texte d’une manière très formelle.

Encore une de ces confrontations culturelles qui colorent ce voyage !

Le dernier groupe passé, les professeurs se dressent, et nous annoncent que nous avons tous réussi cet examen (pour notre plus grande surprise !).

Groupe 4

Cette dernière bonne nouvelle marque aussi l’heure de nos au revoir. C’est notre dernier jour au campus puisque nous partons tôt le lendemain. Nous mangeons tous ensemble quelques gâteaux, faisons une photo, nous nous serrons dans les bras et quittons le bâtiment sans nous retourner…

Photo finale

Malgré la nostalgie qui nous harasse déjà, nous pensons déjà au souper que nous partagerons avec nos professeurs le soir même, et à Shanghai, notre destination de demain.

Souper à Wuxi.jpg

Chaque heure qui nous rapproche de notre retour en suisse nous fait réaliser encore plus l’incroyable cohésion d’équipe que nous avons.

Petit week-end à Beijing

Vendredi

Après une belle visite autour du lac à Wuxi, nous prenons la direction de la gare vendredi après-midi. Il faut s’armer de patience car 5h30 de trajet nous attend !

Arrivées à Beijing, nous partons à la recherche de notre auberge. Cette mission s’avèrera compliquée malgré la gentillesse des locaux qui nous ont aidé à la trouver. Sur le chemin, nous nous arrêtons dans un restaurant local. Affamées, nous commandons de nombreux petits plats traditionnels pékinois. En recevant notre repas, nous nous rendons compte que nous n’avions pas compris ce que la serveuse nous expliquait. Résultat : sept assiettes d’une vingtaine de « dumpling » arrivèrent !

Samedi

Réveil qui pique (5h50!) avec le dos endolori par notre matelas en béton. Malgré cela nous nous réveillons de très bonne humeur car nous allons visiter ce que nous attendions depuis longtemps : la Grande Muraille de Chine ! Après de nombreuses recherches sur internet, nous avions préalablement décidé de partir à l’aventure par nous-même, et de ne pas aller en tour organisé par une agence. Nous nous dirigeons donc à pieds à la gare routière de Dongzhimen où, inquiètes de trouver le bon bus, nous tournons en rond quelques minutes pour finir par le trouver. Le trajet dure environ 1h30 en compagnie des locaux bien équipés (chaussures, casquettes et bâtons de marche digne d’alpinistes suisses). Nous arrivons à un arrêt de bus, ne sachant pas où descendre nous sortons quand même en suivant les autres passagers. De là, nous marchandons un taxi qui nous mène jusqu’à Mutianyu. Arrivées sur place, nous achetons les tickets et prenons un bus puis un télésiège qui nous amène jusqu’à la muraille. L’émotion est présente chez nous toutes. En effet, le paysage sauvage et montagneux est à couper le souffle et la muraille est encore mieux que sur une carte postale. C’est sous un magnifique soleil que nous marchons, marchons, marchons sur la muraille. Entre nombreuses marches d’escalier, montées, descentes, cette balade s’avère être un véritable défi physique. Pour redescendre, retour en enfance, nous prenons le bobsleigh d’été. Le trajet du retour se trouve être plus éprouvant avec le « trafic jam » pékinois.

Une bonne douche s’impose et nous voilà reparties à la recherche d’un restaurant où nous pouvons manger le vrai canard pékinois ! Arrivées à l’adresse, surprise ! Nous apprenons que nous devons attendre une heure avant d’avoir une table. Malgré notre faim, nous décidons d’attendre. Le temps passe plus vite avec une petite bière ! Après cette heure passée à attendre, nous commandons notre canard. Mauvaise surprise, il faut à nouveau attendre une heure pour enfin le déguster. Il a été attendu, désiré mais il en a valu la peine. Nous nous régalons.

Exténuées, nous rentrons en fin de soirée à l’auberge. Une bonne nuit de sommeil s’impose !

Dimanche

Après une nuit reposante, c’est avec quelques difficultés que nous nous levons tôt pour continuer l’exploration de cette ville fascinante.  Nous découvrons le palais d’été et ces légendes et la beauté surprenante dans son parc. Malheureusement à partir de 11h du matin le palais est colonisé par des immenses groupes de touristes. C’est donc après un bain de foule intense que nous nous dirigeons vers la place Tian’anmen. Nous passons l’après-midi a flâner dans les rues de Pékin, manger sur des petits stands et s’émerveiller encore de cette ville pleine de mystères.

C’est exténuée mais ravies que nous prenons le train dimanche pour rentrer dans notre « petit campus »

Thé allé où? Au lac!

Pour notre deuxième week-end libre, trois d’entre nous avons décidé de nous rendre à Hangzhou pour decouvrir son fameux lac de l’ouest et ses plantations de thé vert.

Après deux petites heures de train, nous arrivons dans cette ville bondée ; beaucoup de touristes chinois viennent manifestement y passer leur week-end aussi. Nous renonçons au métro (quasi inatteignable) et prennons le taxi jusqu’au bord du lac où nous attendons deux étudiantes chinoises de Wuxi également en balade dans cette ville lacustre.
Durant l’attente, nous rencontrons plusieurs chinois dont la timide amabilité, mais aussi parfois leur amusant manque délicatesse nous font sourire.
Nos deux amies chinoises arrivent avec une belle proposition : aller manger dans un des plus vieux restaurant de Hangzhou (700 ans d’âge tout de même !). Malgré notre peine à le trouver, nous y dégustons des plats dont nous apprenons l’origine au-travers de légendes. Emprunts de leur histoire, les mets prennent d’un coup un goût différent.

Le repas finit, nous choisissons de monter dans une petite barque avec son batelier afin de laisser la rame nous porter entre de petites îles détachées du temps. Notre conducteur nous raconte le lac, ses légendes et son histoire, que nos amies nous traduisent avec soin. Nous sommes extasiés par ce moment si bucolique.
Mais toutes les bonnes choses ont une fin et nous nous installons pour boire une thé d’adieu puisque le soir venu, nos amies doivent rentrer à Wuxi.
Nous nous retrouvons seuls et en route pour l’hôtel, à coté duquel nous soupons. Nous sommes à nouveau touchés par l’amabilité de la serveuse qui fait de grands efforts pour nous comprendre et être comprise. Et ce, dans la bonne humeur générale !
Après une bonne nuit de sommeil, nous grimpons sur le petit mont se trouvant juste à côté de l’hôtel afin de silloner les plantations de thé. Nous y découvrons des paysages dotés d’un calme et d’une beauté qui nous laisse sans voix. Quelques locaux ramassent le thé vert. Certains sont bougons et nous ignorent, mais d’autres, bien plus jovials, nous saluent avec des grands signes et un grand sourire (ce n’est tout de même pas tout les jours que deux blondes et un géant passent par là !). Nous finissons l’ascension par la pagode sommitale qui nous pousse à nous avouer que nous avons tous la larme à l’œil : la vue est hors du commun, indescriptible.

En redescendant, nous passons par « la source du tigre », déclarée troisième plus belle source de Chine par l’empereur Quianlong. Bien que très touristique, ces quelques bâtisses ont su conserver leur calme, leur paix et leur beauté antique en donnant l’impression d’appartenir à un autre monde.

Nous continuons notre périple en longeant le lac dans la chaleur (avec un arrêt « forcé » sur une terrasse ombragée qui proposait un délicieux thé vert) jusqu’à tomber sur le métro qui nous ramena jusqu’à la gare, puis à Wuxi.

IMG_0041IMG_0042IMG_0043IMG_0044

A la conquête de l’île aux tortues

Vendredi, jour de visite organisé par la Jiangnan Universty. Nous partons de bon matin en mini-bus pour rejoindre le parc de la tête de tortue. Accompagnée de 4 étudiantes et d’une guide hors-pair, nous sillonnons les différents recoins du parc pour y découvrir des histoires et légendes merveilleuses. « Quelques » personnes ont aussi eu l’envie de prendre l’air ce matin-là, de très nombreux écoliers et vacanciers partagent avec nous ces moments sensationnels que nous proposent ce lieu historique.
Nous terminons notre périple en se disant au revoir. En effet cette agréable matinée signe aussi la première séparation de notre groupe. Sept d’entre nous partent à l’aventure de Pékin, capitale du pays du milieu, tandis que trois s’en vont à la rencontre d’une nature encore inconnue dans l’est, à Hangzhou.

IMG_0038IMG_0039IMG_0040

La TCM, concrètement

Mercredi 12.04 :
Au programme aujourd’hui, nous avons la visite d’un hôpital privé de médecine traditionnelle chinoise qui se situe au centre de Wuxi. Après un accueil chaleureux et une photo officielle, la pharmacienne nous attend pour nous présenter les nombreux remèdes à base de plantes rares et d’animaux en tout genre, exposés en vitrine. Nous sommes impressionnés par la diversité et l’originalité de certaines espèces, comme par exemple des cornes de cerf, des hippocampes séchés, des tortues, un phallus de cerf,… Les soignants de l’hôpital en blouse rose ainsi que certains patients jouent les paparazzis. La télévision locale est aussi présente et curieuse de connaître nos impressions sur cette médecine. Tiphanie se fait notre porte-parole en se faisant interviewer tandis que Professeure Yuyu s’occupe de la traduction. Nous dégustons ensuite un biscuit thérapeutique qui se compose de sucre, vin de riz, sésame et de noix, permettant de renforcer notre système immunitaire et de favoriser la circulation sanguine. Nous le trouvons d’abord plutôt agréable en bouche mais s’en suit une petite amertume lorsque nous assistons au processus de fabrication nous révélant l’ingrédient médicinal qu’est la poudre de peau d’âne.
L’après-midi, nous avons droit à une initiation à l’acupuncture ainsi qu’aux ventouses chinoises appelées cupping, pratiques très courante dans la médecine chinoise. Le dicton « no pain no gain » est à nouveau à l’ordre du jour. Les ventouses nous auront laissés de belles marques dont nous ne sommes toujours pas débarassés.
Le soir, quelques étudiantes chinoises nous invitent à un barbecue traditionnel hors campus, qui nous aura mis la bouche en feu, piments obliges. Nous passons une excellente soirée.

Jeudi 13.04
Nous commençons la journée par une visite d’une deuxième pharmacie de médecine traditionnelle chinoise. Nous avons la possibilité d’ouvrir les tiroirs et découvrir les herbes utilisées au milieu des pharmaciens en plein travail. Ils se font un plaisir de nous montrer leur pratique. Les outils utilisés nous paraissent ancestraux bien qu’ils permettent de préparer le remède prêt à être infusés ou simplement ingérer.
Nous assistons également à une consultation afin d’observer une anamnèse qui comporte aussi une prise de pouls particulière avec trois doigts placés à différents endroits. Cette dernière est un élément essentiel au diagnostic tout comme l’observation de la langue.
À la fin de cette visite, nous profitons de faire quelques achats dont une main en plastique permettant de localiser les points d’acupuncture.
Retour au campus pour un moment de relaxation avec des bains de pieds aux herbes qui nous ont été présentées le matin-même, connues pour leurs vertus. La journée se termine par un souper à la cantine avec les étudiantes chinoises.

IMG_0021IMG_0023IMG_0024IMG_0025IMG_0026IMG_0027IMG_0033IMG_0034IMG_0035IMG_0036